fbpx
Résultat de votre recherche

Immobilier : à chacun ses chiffres

Posté par Complicimmo.com Sur 18 mars 2015
| 0

 

Source: Explorimmo.com

Transactions, prix parisiens ou prix en régions… si les professionnels de l’immobilier s’accordent sur la tendance générale qui touche le secteur, ils divergent souvent sur les chiffres. Explications.

Qui des notaires ou de la FNAIM a raison sur les prix à Paris ? Faut-il se fier à Laforêt, Guy Hoquet ou Century 21 pour connaître le nombre de logements mis en vente dans le parc existant ? Si les différents acteurs de l’immobilier partagent généralement les mêmes conclusions, il est rare qu’ils mettent en avant les mêmes données, quel que soit leur sujet d’étude. C’est le constat dressé par Galivel et Associés, une agence de relation presse spécialisée dans l’immobilier, dans une étude publiée ce lundi 16 mars 2015.

Ainsi, comme l’indique le tableau ci-dessous, mis à part le réseau d’agences immobilières Laforêt, tout le monde fait état d’une baisse du nombre de transactions pour l’année 2013/2014.

Ces différences s’expliquent par le décompte employé par les différents organismes. “Aucune statistique relative au marché des logements existants ne provient d’un comptage intégral des ventes. Toutes procèdent, d’une modélisation à partir d’un nombre de données plus ou moins important”, peut-on lire dans l’étude.

PARIS, UN CAS À PART

En matière de prix, les informations sont tout aussi fluctuantes. Celles publiées par l’INSEE et les Notaires arrivent, la plupart du temps, en bout de course. Elles sont calculées à partir des actes authentiques de ventes. Les réseaux s’appuient, eux, sur les avant-contrats signés dans leurs agences respectives.

Si se fonder sur les avant-contrats permet une meilleure réactivité, la méthode engendre également une certaine volatilité : “Leur degré de fiabilité dépend en grande partie du nombre de données sur lesquelles elles se sont basées”, note Galivel et Associés.

En province, les différences sont faibles mais lorsque l’on regarde la capitale, on note une forte instabilité sur les chiffres dévoilés par les réseaux. “C’est à qui sera le plus rapide à prendre le pouls de l’immobilier parisien.” Au risque parfois, d’être un peu trop hâtif dans ses prédictions.

Ludovic Clerima

 

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

Comparer les annonces